Sous les jupons (pédagogiques) du Mooc Itypa

9

2 décembre 2012 par carolinejouneausion

Où l’on apprend que le premier* Mooc francophone est un bâtard métis (après tout, il est légitime !), enfant non pas d’une université, comme c’est le cas des Mooc américains les plus connus, mais desdits Mooc anglophones et des réseaux sociaux.

Les quatre parents révolutionnaires**: Jean-Marie Gilliot, Christine Vaufrey, Anne-Céline Grolleau et Morgan Magnin ont baptisé leur Mooc Itypa : Internet, Tout Y est Pour Apprendre. Ils ont conçu un Mooc connectiviste : une forme pédagogique issue du constructivisme. En résumé: c’est les étudiants qui bossent, apprennent les uns des autres, dans un environnement conçu pour créer des interactions qui mènent aux apprentissages***. L’interview vous en dira plus long mais on est de toutes façons loin des Mooc interactifs certes mais automatisés du MIT. En se lançant, ils voulaient montrer que c’était possible, même sans cadre, même avec peu de moyens. C’est réussi, avec 1000 inscrits la première semaine, près de 1400 aujourd’hui qui doivent trouver leur route dans ce chaos organisé (et assumé). Trouver sa route c’est trouver son objectif : apprendre à utiliser internet pour apprendre, ou apprendre comment fonctionne un Mooc ou … comme vous voudrez !

Dans le cadre de notre projet au sein du master, Quentin, Ghita et moi-même leur avons posé des questions indiscrètes d’ordre pédagogique : quel est le rôle des animateurs ? Celui du participant ? Comment évaluer, s’évaluer, valoriser ? Des questions parfois maladroites, en tous cas souvent peu adaptées à cette forme nouvelle : apprendre à distance, sans prof, c’est quelque chose que nos lectures pourtant passionnantes nous avaient peu préparés à aborder… Qu’importe : les 3 Mooc-squetaires (trois interviewés, mais quatre animateurs !) ont su brillamment éclairer de cette nouvelle expérience notre réflexion sur le e-learning.


* premier jusqu’à ce que des archéologues du web nous en xxxx un plus ancien…

** révolutionnaire : Qui apporte de grands changements, est d’une grande nouveauté dans un domaine donné dit le Larousse. Mais il dit aussi « Qui a rapport, qui est favorable aux révolutions politiques. ». Or nos quatre comparses ont contourné le processus hiérarchique de leurs institutions respectives pour se lancer sans filet. Moi je trouve ça révolutionnaire. Un bonnet phrygien pour nos courageux animateurs !

*** J’ai cru comprendre que ces 4 animateurs-là bossaient beaucoup aussi, en coulisse… Pas d’espoir de ce côté-là pour les enseignants-feignants qui auraient pu trouver là une solution pour enseigner sans peine…

Lectures complémentaires :

Le blog de Christine Vaufrey : les jardiniers de l’apprentissage. Christine y développe cette jolie métaphore du Mooc connectiviste comme un jardin anglais : ça a l’air sauvage et désordonné mais le travail des jardiniers est immense pour créer les conditions de l’harmonieux développement de l’écosystème…

9 réflexions sur “Sous les jupons (pédagogiques) du Mooc Itypa

  1. audece dit :

    Il y a quelques jours, je me demandais où étaient les MOOCsquetaires dont j’appréciais les billets. Vous voilà donc! C’etait dond vous! Merci pour cette édifiante interview! J’aime aussi beaucoup le ton du texte. Bref, vous me manquiez🙂

    • carolinejouneausion dit :

      Merci Audece ! Nous sommes bien occupés par nos chères études et le plaisir de bloguer se loge dans les interstices de notre emploi du temps bien rempli. Mais votre commentaire nous motive…

  2. fsarto dit :

    J’ai vraiment apprécié cette interview – visionnée le jour même de sa mise en ligne sur youtube … merci de nous la faire partager !

    • carolinejouneausion dit :

      Merci ! Les interviewés sont particulièrement brillants : ils rebondissent sur les questions, dépassent le niveau des évidences…

  3. mp20 dit :

    Ah là là, on a presque l’impression de retrouver des bons potes, au fil de ces semaines…
    Merci pour cet entretien très clair qui me décomplexe… Arrivée sur le mooc avec des miniprérequis, j’apprécie l’environnement qui permet de batifoler de fleur en fleur sans trop de rigueur, mais en confiance, pour reprendre l’image du jardin anglais. (excellente métaphore…)
    Outre les questions sur le Mooc lui-même, riches réflexions savoureuses sur le métier de formateur, les institutions, l’acte d’apprendre, etc etc etc…

  4. Maesol dit :

    Interview passionnante de gens passionnés !
    Merci à vous d’avoir pris cette initiative, cela permet d’appréhender encore mieux ce premier Mooc francophone.

  5. […] libre de tout engagement institutionnel. Un choix assumé par les animateurs (voir début de leur interview). L’ambition est de construire un modèle alternatif à l’apprentissage-consommation […]

  6. […] Un grand merci à Christine Vaufrey, Anne-Céline Grolleau, Jean-Marie Gilliot et Morgan Magnin les 4 animateurs du MOOC ITyPA qui nous ont permis de vivre cette expérience de MOOC en français, bravo à eux d’avoir eu le courage de relever ce défi de taille (voir leur interview par Caroline Jouneau). […]

  7. […] Share tritypa.wordpress.com       1 month […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :